Aller au contenu principal

Atelier de validation du rapport d’étude sur la mise en place, le fonctionnement du fonds de récupération et le mécanisme d'approvisionnement des vaccins au TOGO

Publié le : 02 nov 2018
atelier de validation

Ce vendredi 02 février 2018, a eu lieu à Tsévié, un atelier de validation du rapport de l’étude sur la mise en place, le fonctionnement du fonds de récupération et le mécanisme d'approvisionnement des vaccins au TOGO

C

e vendredi 02 février 2018, a eu lieu à Tsévié, un atelier de validation du rapport de l’étude sur la mise en place, le fonctionnement du fonds de récupération et le mécanisme d'approvisionnement des vaccins au TOGO. En effet, cette étude se situe dans le cadre de l’exécution du projet d’appui au secteur agricole (PASA) où le gouvernement togolais a organisé à travers le projet, des campagnes de vaccination contre la peste des petits ruminants (PPR) chez les espèces ovines et caprines, et la Maladie de Newcastle (MN) chez la volaille sur toute l’étendue du territoire depuis novembre 2012. Ont été vaccinés au total  2, 166 millions petits ruminants et 13, 234 millions volailles.

L’objectif poursuivi à travers l’organisation de ces campagnes était d’assainir le sous-secteur de l’élevage au Togo en luttant contre les maladies à haute incidence. Pour ce faire, les vaccins ont été acquis par le PASA et mis à la disposition des services vétérinaires du ministère et du réseau des vétérinaires privés qui effectuent les campagnes sur le terrain. La vaccination était donc à moitié subventionnée pour un montant de 25F CFA par animal pour les volailles et de 50F CFA par animal pour les petits ruminants. Les fonds récupérés à l’issu des campagnes sont déposées sur un compte ouvert à cet effet à l’Union Togolaise de Banque (UTB) et devraient contribuer à mettre en place un fonds de roulement pour le financement du mécanisme d’approvisionnement des vaccins dans une stratégie de pérennisation de cette activité. Dans le souci d’assurer la viabilité du secteur des vaccins au Togo en termes d’approvisionnement, de disponibilité et de distribution, il apparaît cependant judicieux de concevoir et de mettre en place, un mécanisme opérationnel et durable en vue de capitaliser puis de rendre pérennes les actions réalisées dans la vaccination. Un consultant a été alors commis pour mener cette étude.

L’atelier de ce vendredi 02 février 2018 a donc eu pour objectif principal de valider le rapport soumis par le consultant de cette étude. Cet atelier a permis aux participants de parcourir le rapport de l’étude, de s’assurer de la conformité du contenu avec les exigences notifiées dans les  clauses du contrat du consultant et de s’assurer de la pertinence du mécanisme envisagé pour assurer un meilleur contrôle des maladies animales à travers une bonne prise en compte du processus d’approvisionnement en vaccins.

Top