• Accueil
  • Filière avicole : Booster la production du poulet local togolais pour plus de 150 000 emplois d’ici 2025

Filière avicole : Booster la production du poulet local togolais pour plus de 150 000 emplois d’ici 2025

Filière avicole : Booster la production du poulet local togolais pour plus de 150 000 emplois d’ici 2025

Partager sur :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

D’ici cinq (05) ans, la filière avicole va générer cent cinquante (150 000) emplois décents, et plusieurs milliards de FCFA de chiffres d’affaires à condition que la volaille locale soit mieux distribuée.

Aujourd’hui, si les importateurs prenaient les produits locaux au Togo, le secteur agricole connaîtrait une progression en flèche dans les prochaines années avec de milliers d’emplois pour la jeunesse togolaise.

Selon les statistiques, les importateurs et distributeurs introduisent plus de 60 conteneurs de poulet au pays par mois.
Pour booster la production locale, accroitre l’économie nationale et créer de multiples emplois, le ministre de l’agriculture, de la production animale et halieutique Monsieur Koutéra BATAKA a eu des échanges avec les importateurs pour commercialiser les produits locaux.

Le 11 mars 2019, avec les importateurs, il avait été convenu l’organisation et le soutien à la production avec les mesures sanitaires et les emplois. C’est fort de cela que la société Lofty Farm qui n’arrivait pas écouler 20 T a pu établir un partenariat qui lui permet aujourd’hui la production de Tilapia qui passe d’une centaine de Tonnes à plus de 1000 T avec plus de 100 emplois créés au niveau de Nangbéto et un réseau de près de 800 agriculteurs fournisseurs de matières premières structurées.

Ensuite le 9 décembre 2019 les importateurs s’étaient engagés à développer à partir du 14 mars 2020 le poulet togolais mais le 12 mars à la réunion d’évaluation, ils ont montré à nouveau leur indifférence sur le sujet malgré les discussions sans relâche.

Seulement quelques-uns se sont engagés à commercialiser les produits locaux et sont engagés dans les investissements d’abattoirs modernes.

Le lundi 8 juin 2020, l’issue des travaux de la réunion à la direction de l’élevage, les importateurs s’étaient engagés une fois encore à procéder à l’achat des 35 T disponibles immédiatement, mais force est de constater qu’une semaine plus de 29 T restent toujours sous les bras des producteurs locaux un peu plus de 5 T seulement ayant été enlevés par les mêmes acteurs.

C’est pour offrir toutes les chances de développement à la filière avicole, les autorités du secteur agricole ont sorti le 16 mai 2020, une note portant obligation de signature de contrat de fournisseur de volailles locales. Mais fonctionnant toujours avec pédagogie, un délai de quinze (15) jours a été accordé aux importateurs et distributeurs de produits de volailles pour se conformer.

Avec la mise en œuvre et le respect de cette mesure, c’est tout le secteur agricole togolais qui sera redynamisé dans les cinq prochaines années, et cela favorisera :

  • La création d’emploi pour les éleveurs, les producteurs de maïs et soja qui vont fournir des matières premières ;
  • L’augmentation de la production de volaille locale ;
  • la création d’emploi dans les abattoirs ;
  • Une hausse de la croissance économique.

De plus, la consommation de ces volailles locales est bonne pour la santé et leur conservation ne nécessite pas l’utilisation des produits chimiques. Il faut signaler que l’autorité n’agit pas de son propre gré en prenant cette
mesure, mais ceci s’inscrit dans la vision du gouvernement, notamment la réalisation du Plan National de Développement (PND) dans son axe 2, qui prévoit la promotion et la valorisation des produits agroalimentaires locaux.